Jardin partagé – An 2

Au sortir de l’hiver 2020, la priorité est de trouver une solution pour cohabiter avec les cervidés. Nous avions vu l’année dernière que la laine de moutons, les poils de chiens ou les cheveux humains n’avaient qu’une efficacité toute passagère. Seule la clôture électrique pouvait permettre à nos plants de grandir loin des dents des cerfs et des biches. Une trentaine de piquets de chataigniers sont taillés dans les taillis de Franck à Arinac (merci à lui!) et mis en place tout autour du champ. 4 rangs de ruban et une pile électrique vont garder nos semis à l’écart des visiteurs nocturnes.

C’est reparti pour une saison de culture ! Stéphane intervient cette année encore pour labourer la zone qui avait été laissée en jachère l’année dernière et José Pierre passe le rotavator sur les zones collectives, les zones individuelles étant laissées aux soins de leurs jardiniers.

Cette année, c’est 14 familles qui prennent part aux deux sessions de plantation des pommes de terre. Nous avons bien fait de nous agrandir ! Une dizaine de ces familles cultive une zone individuelle.

En parallèle des plantations, un appel à épouvantail a été lancé. Une cabane en osier vivant est aussi en cours de réalisation à l’entrée du jardin.

Un appel à épouvantail a été lancé.

Le coronavirus n’a pas encore permis aux écoliers de Brassac de revenir au jardin. Mais leur zone les attend.